Lunaropolis

Informations

capitale du pays République Lunaire

Dernière mise à jour : 10/11/2020

Date de recensement dans le monde GC : 21/02/2018

Population : 765 000

Spécialité : Politique, religion, tout type d'industrie

Réalisée avec

Lunaropolis fut fondée à la fin du 19ème siècle sur les ruines de la cité de Neasphoros, qui était la capitale du Royaume de Bosphornia qui s'écroula durant le 17ème siècle et se vida de ses habitants.

Certains bâtiments datant de l'époque bosphornienne comme le palais présidentiel ont survécu à la colonisation assez sauvage de la ville, rasant la majeure partie des ruines.

En plus d'être la capitale de la République Lunaire, c'est aussi la plus grande, la plus populeuse et la plus riche cité du pays, dépassant de loin toutes les autres.

On y trouve de nombreuses écoles, universités et sites de renoms.

Elle est considéré comme ville sainte par les sélunites et constitue aussi le siège religieux du Lunarisme, étant sa ville de naissance ou y fut fondé son 1er temple en 1898.

Communiqués

Aucun communiqué n'a encore été écrit.

Carte

 

     Sélectionnez une autre ville :

Journal

An 1881. Une expédition quitte Palatoniala, longeant la cote de la mer intérieure en direction du nord jusqu'au delta du fleuve le Prone. Ensuite, ils longèrent le fleuve lui même a l'intérieure des terres et finissent par tomber sur des ruines d'une étendue assez imposante. Assez pour y tenir une population d'au moins 200 a 300 000 habitants situé sur un coté du fleuve. Ils venaient de trouver les ruines oubliés de la cité de Neasphoros, la capitale d'une nation déchue, le Royaume de Bosphornia.

La majeure partie des bâtiments étaient en fort état de délabrement, a l’exception de ce qui semblait être la cité royale ou seul les toits semblaient assez abîmés.

L'expédition s'y établie. Afin de mieux exploré les ruines, elle fit venir un nombre d'ouvriers importants. Plusieurs centaines au début.

Le gouvernement Palatonialien composé surtout de bourgeois et de nobles ayant fuit l'Empire Deltan et n'existant qu'officieusement, cherchait a asseoir son règne sur la région et, finançant l'expédition, décide d'y établir une colonie malgré l'avis contraire du chef de l'expédition.

Plutôt que de bâtir a coté des ruines, ils construiront sur l'emplacement de celles-ci, détruisant la cité oubliée au fur et à mesure que la population de la nouvelle grandissait.

1891, la République de Palatoniale est officialisée. Et la colonie devient la même année, une vraie ville, baptisée Videlle, du prénom de la mère du chef de l'expédition, décédé dans l'éboulement d'une ruine l'année d'avant. La ville eut son premier maire et comptait alors déjà plus de 10 000 habitants.

A grand renfort de pub dans les journaux, les dirigeants de la jeune nation cherchaient a attirer les populations deltanes et ruthènes afin de rapidement peuplé ces terres pour le moment encore majoritairement désertiques et d'étendre leur emprise dans la région, Palatoniala et Videlle servant de « têtes de ponts » à la colonisation.

1901, la première route goudronné sort de terre, reliant Videlle et Palatoniala, remplaçant le chemin de terre jusqu'alors utilisé.

Videlle connue des changements important au début du siècle. Des promoteurs peu scrupuleux continuant de faire raser les ruines, établissant les 1ères véritables rues commerçantes et bourgeoises de la ville.

Des fortunes pouvant se faire et se défaire dans la ville ou se croisaient quartiers de luxe et bidonvilles. La richesse côtoyant la pauvreté dans cette cité ou la criminalité et la corruption était alors explosive.

En 1908, le Parti Communiste Videllois né dans les quartiers pauvres de la ville ou il est alors très majoritaire.

A l’orée de 1910, elle avait déjà atteint les 100 000 habitants. La majorité des ruines avaient disparues a l'exception de la cité royale, dont les travaux de restauration débutèrent en 1912. Ils durèrent une quinzaine d'année à la fin duquel leur splendeur d'autrefois fut retrouvés.

1936. La ville compte environ 300 000 habitants dont une grande partie vit dans des conditions de grande précarité, beaucoup quittant les champs, attirés par le travail aux usines, payant un peu mieux. La même année, alors que la capitale passe dans le giron du parti d’extrême droite, a Videlle, c'est un maire communiste qui gagne haut la main les élections municipales avec un taux de plus de 75% de vote favorable, écrasant sans peine tous les autres partis politiques.

1939, l'état, cherchant a financé plusieurs projets, décide d'écrasé la région videlloise sous de lourd impôts.

1941, alors que le monde sombre dans la grande guerre, les états de la région préférant rester neutre, la population de Videlle et sa région n'en peuvent plus d'un impôt jugé plus qu'injuste. Les communistes, socialistes et indépendantistes de droite, réclame l'indépendance de Videlle et sa région. De nombreuses manifestation ont lieu dans la ville. Le gouvernement réplique dans le sang avec des arrestations massives, des pendaisons et des exécutions sommaires par peloton d’exécution. Cela met le feu au poudre à une population plus qu’excéder. Pour beaucoup, la guerre civile commencerait cette année là.

1943, le gouvernement fait interdire le communisme sur tout le territoire nationale et le socialisme se retrouve « sous surveillance ». A Videlle, le maire communiste est obligé de rendre les clés de la ville. Des manifestations éclatent dans tous le pays, mais c'est à Videlle qu'elles sont les plus violente. Andréi CED, père de Cédric CED fait partit des manifestants arrêté par le gouvernement.

1944, la ville connaît la plus grosse manifestation de tout le pays malgré un couvre feu assez restrictif.

La même année, la République Socialiste de Sandonie, possédant des frontières communes avec la République de Palatoniale, envoie en secret du soutien matériel et financier aux révolutionnaires videllois.

1951, après 10 ans de guerre civile, un armistice est signé. Le pays étant au bord du gouffre financièrement.

1952, la région videlloise devient indépendante, Videlle devenant la capitale du nouveau pays formé, la République Populaire de Videlle.

1953, un programme social de restructuration est lancé par le gouvernement communiste, dont la capitale bénéficie grandement. Les bidonvilles sont rasés et des nouveaux quartiers populaires massifs sortent de terre dans de nombreux quartiers de la ville.

Les importants gisements de charbon et de gaz exploité par le gouvernement et vendus a l'étranger, permettent au pays de financé la majorité de ses projets sociaux sans peine. Le visage de la capitale est alors grandement changés. Si les quartiers bourgeois et le palais royal, servant désormais de palais présidentiel sont conservé en l'état, le reste de la ville a complètement changé d'aspect. Les bidonvilles insalubres d'autrefois faisant partie du passé.

1965, Videlle qui a dépassé les 550 000 habitants est désormais dotée de grandes infrastructures sportives et de grandes écoles. L'industrie bat son plein. Et la culture elle aussi, profite d'un certain essor et d'un vent de liberté grâce a une politique plus laxiste que celle de la République Socialiste de Sandonie, plus porté sur la censure que Videlle. La vie y est paisible, le chômage inexistant, le logement fourni par le gouvernement est gratuit au même titre que les transports en commun, les soins et l'éducation.

La politique de « portes ouvertes » du gouvernement videllois, attirants nombres d'étrangers.

1967, le gouvernement de Meridonie, fortement opposé aux communistes et aussi par l'ombre porté a son industrie moribonde en comparaison avec celle de Sandonie et surtout celle de Videlle, déclare la guerre, voulant s’emparer des infrastructures de cette dernière.

1969, Videlle qui a toujours repoussé sans peine les troupes de Meridonie, mal préparée et mal équipée, n'est guère inquiété. La vie dans la capitale continuant pratiquement comme si de rien n'était. Cette même année, avec la mort du général meridonien, un armistice est signé. La guerre se terminant officiellement l'année d'après. La paix retrouvée, la vie reprend son cours paisiblement.

1985, Videlle fait partie des villes participants à la coupe de football inter-nations.

1990, alors que la rive ouest du fleuve commence à être investit sérieusement par la ville, un astéroïde frappe ce coté de la ville faisant des milliers de victimes. Il faudra 8 ans pour totalement effacé toute trace de l'impact dans la zone.

1993, la crise économique frappe aussi Videlle mais elle reste cependant limité. Le gouvernement augmentant l'exploitation de certaines ressources ou industries afin de palier au manque a gagner pour le pays.

Juin 1998, la voiture de Cedric CED, candidat pour l'unification des 4 nations dans une version communiste proche de celui de Videlle, pour former un seul état plus grand et surtout plus puissant, fait un arrêt imprévue sur la route pour se rendre au palais présidentiel. Le chauffeur et son père sont tuer sur le coup. Il s'avéra par la suite que l'attentat était fomenté par la mafia de Palatoniale. Déclenchant un énorme scandale.

19 décembre 2000, le traité d'unification est signé. Le CED est né. Videlle devenant une préfecture régionale et surtout, la capitale d'un état bien plus grand qu’auparavant. La ville continue de grandir entre temps.

2011, avec l'ouverture nationale des frontières au tourisme, la ville se dote d’hôtels supplémentaires. Ceux présent ne suffisant pas pour un tourisme international.

29 juillet 2012. Les deux équipages des fusées soviétiques sont de retour après leur séjour sur la lune et font un passage remarqué dans la capitale qui est en liesse. Partout dans la ville, la fête bat son plein. Jours fériés et parades militaires auront lieux à la suite de cet événement.

19 mars 2013, un groupe terroriste anti-communiste tente d'abattre le 1er secrétaire de l'USGC a Videlle, lors d'un discours d'inauguration. Ils échoueront et la plupart d'entre eux seront abattus ou fait prisonniers.

25 septembre 2013, la 1ère internationale communiste née a Videlle.

Juin 2014, début de la crise de Suma. Le président en visite à la capitale sunrisienne est prit en otage. A Videlle, une chaîne de TV locale est prise d'assaut et des otages sont fait. Les terroristes se disent en possession d'une charge nucléaire portative et menace de détruire la ville si leur exigence ne sont pas approuvés. La fille du président faisant partie des otages. Finalement, l'assaut des troupes spéciales gouvernementales réussissent a abattre la quasi totalité des terroristes dans les locaux et a désamorcés la bombe. La panique est finalement maîtrisé et le calme revient dans la capitale.

Novembre 2015. Le président ainsi que sa femme, sa fille et une part importante du gouvernement meurt dans un attentat à la bombe dans la capitale. Une des périodes les plus noirs pour la région débute. Les membres restant du gouvernement tente de garder le contrôle de la situation, mais des traîtres dans l'armée font plusieurs coups d 'états, prenant le contrôle de plusieurs régions du pays.

La capitale restera dans le giron de troupes militaires rester fidèle au régime mais la situation restera critique tout le long de la crise.

En 2017 la crise se termine enfin. En 2018, la République Lunaire née officiellement des cendres du CED, Videlle gardant son statut de capitale mais changea de nom pour celui de Lunaropolis.

La ville est aussi devenue le centre religieux du Lunarisme.

Visites

Cette ville n'a pas encore de visiteurs