photo CASTLE

Aurélian CASTLE

Président du Polaro

drapeau

Polaro

La Nation pour horizon

Plan d'action contre l'épidémie de Chikungunya

Publié le 04/07/2020

Bonjour à tous.

Depuis le 17 juin dernier, date officielle à laquelle a été communiqué le premier décès issu du chikungunya à Mapete cette année, nos services diplomatiques ont été mobilisés afin de travailler à protéger la population. Aucun besoin de rappatriement d'urgence n'a été remonté, de même que la rapidité d'action d'autres pays plus vulnérables à l'extension de la présence des moustiques tigres a très certainement sauvé de nombreuses vies. Il est pourtant venu aujourd'hui le temps de la réponse sanitaire, avec la mobilisation de l'État polarien contre cette épidémie.

Pour déjà dresser un bilan à la date de ce samedi 4 juillet 2020. Nos services comptabilisent actuellement 79 hospitalisations de patients atteints de symptômes correspondant à ceux  du chikungunya. Ils se trouvent principalement à Verbania, Galax et Lapara d'après nos premiers relevés. 13 décés suspectés de chikungunya sont également à relever, dont celui signaler dès la semaine dernière à Prismérie. À ce stade, deux suspicions de foyers de contamination, ayant eu cours directement sur notre sol, ont été identifiés par nos services. Sont concernées les provinces du Haut-Lac ainsi que l'île de Prismérie. Une campagne de démoustification sera commencée dès demain pour éviter au plus vite de l'installation de cette maladie dans nos contrées les plus climatiquement favorables à ces insectes mortfières. Le reste du pays n'a à faire qu'à des cas importés, problématiques mais dont notre climat nous protège relativement d'une propagation hors de contrôle.

La pleine mise en place de cellules de crise nationale et provinciales permettront d'affiner ce bilan dans les prochains jours. Des tests de température seront effectués à l'arrivée pour toutes les personnes entrantes sur le territoire polarien, de même pour ceux qui quitteront le pays depuis les deux régions sous surveillance particulière, le Haut-Lac et Prismérie. Une vaste campagne de communication et de prévention dans tous les ports, aéroports et gares majeurs de notre pays débutera également lundi. Les polariens malades dans d'autres régions du monde, comme ceux de Karro en Ancore par exemple, seront rappatriés dès lors que leur état de santé le permettra.

Agir vite et fort ne signifie pas paniquer pour autant. Le mode de transmission, uniquement des moustiques de types Aedes à l'humain, et sans transmission inter-humaine démontrée, nous donne à voir un phénomène certes inquiétant, mais qui s'inscrit dans le temps long et qui ne justifie aucunement une panique avec le sacrifice de tout ce à quoi ne croyons, pour une peur d'une contagion qui reste très limitée. Les scientifiques nous donnent des éléments crutiaux sur le développement de l'épidémie, à nous de les entendre. La fermeture de nos frontières n'est donc pas une option viable, à court comme à long terme, et ce pour quelque pays que ce soit.

La réponse mondiale ne peut ainsi que passer par la création d'une organisation internationale dédiée à la santé. Le Polaro soutiendra de tout son poids l'initiative portée actuellement par Ryan Golberg, ambassadeur de Mapete auprès de l'OCGC. Une discussion doit être ouverte au plus vite, afin de disposer d'un organe de centralisation et de coordination des actions internationales, notamment pour la lutte de possibles prochaines épidémies.

La crise est internationale, notre réponse doit l'être tout autant.

Zoé Gallet, première ministre du Polaro.

Agir vite et fort ne signifie pas paniquer pour autant. Le mode de transmission, uniquement des moustiques de types Aedes à l'humain, et sans transmission inter-humaine démontrée, nous donne à voir un phénomène certes inquiétant, mais qui s'inscrit dans le temps long et qui ne justifie aucunement une panique avec le sacrifice de tout ce à quoi ne croyons, pour une peur d'une contagion qui reste très limitée. Les scientifiques nous donnent des éléments crutiaux sur le développement de l'épidémie, à nous de les entendre. La fermeture de nos frontières n'est donc pas une option viable, à court comme à long terme, et ce pour quelque pays que ce soit.

Réactions

  • Monsieur Nathan Pitcairn

    Confédération Insulaire d'Ancore · Président
    Le 05/07/2020 à 20:25:48

    L'Ancore souligne le début de mesures prises par le Polaro dans cette crise sanitaire mais regrette que le Polaro ait profité de cette crise pour la transformer en incident géopolitique. En réaction au rappel et à la convocation de l'ambassadeur ancérien à Galax. 

    Nous regrettons que les motivations économiques aient pris le pas sur des mesures sanitaires fermes au début de la crise. 

    5 Malades polariens pourront par ailleurs être rappatriés au Polaro, les 5 autres restants sont toujours aux soins intensifs.

de 1 à 1 sur 1